Jusqu’à ce que les pierres deviennent plus douces que l’eau – Antonio Lobo Antunes – Christian Bourgois Ed.

Jusqu’à ce que les pierres deviennent plus douces que l’eau – Antonio Lobo Antunes – Christian Bourgois Ed.

Un jeune sous-lieutenant, après avoir servi en Angola pendant vingt-sept mois, rentre au pays où il ramène un tout jeune orphelin. Cet enfant noir, qui a survécu à la destruction de son village et au massacre des siens par l’armée portugaise, il va l’élever comme son propre fils. Plus de quarante ans plus tard, le vétéran et sa femme ont fait le trajet depuis Lisbonne pour rejoindre la vieille maison de famille, dans un village reculé et quasi abandonné, quelque part au pied des montagnes. Dans trois jours, conformément à la tradition, on tuera le cochon. Comme chaque année, leur fille, leur fils adoptif et son épouse, les rejoignent pour l’occasion. Dès le prologue, on apprend que ces retrouvailles connaîtront un dénouement tragique : le jour de la tue-cochon, l’animal ne sera pas le seul à se vider de son sang. Dans les vingt-trois chapitres que compte le livre, à mesure que l’on s’approche du terme fatal de ces trois journées, on entendra alternativement les voix des différents membres de la famille, tout particulièrement celles du père, que l’Angola  » ne lâche pas « , et de son fils adoptif. L’ancien militaire n’en finit pas de revivre les horreurs de la guerre : toutes les attentions de sa femme, pourtant elle-même forcée de se battre contre un cancer, et les séances collectives de psychothérapie à l’hôpital n’y font rien. Quant à son fils, c’est une autre guerre qu’il mène : sans cesse renvoyé à son identité de  » Nègre « , il est en butte à l’hostilité générale et au racisme le plus vil, y compris de la part de sa propre épouse, qui le méprise et l’humilie. Après des décennies de non-dits, de souvenirs escamotés, d’interrogations refoulées, quelles relations ces êtres peuvent-ils encore entretenir ? Dans ce nouveau livre de Lobo Antunes, poignant, brutal, violent, mais qui sait également être tendre, délicat, une fois encore chacun fait de son mieux pour sauver sa peau – et sa part d’humanité. (texte Editions Christian Bourgois. Photo de couverture Memento Films, extrait de « Lettres de la Guerre » d’après le roman d’Antonio Lobo Antunes, « Lettres de la guerre : De ce vivre ici sur ce papier décrit », Christian Bourgois éditeur.)

Broché: 571 pages
Traduit du portugais par Dominique Nédellec
Editeur : Christian Bourgois Editeur (31 janvier 2019)
ISBN-13: 9782267031201
Prix : 23 euros

Add Comment

Your email address will not be published. Required fields are marked *