Nos rayons

LE LIVRE DE KELLS

LE LIVRE DE KELLS

MEEHAN BERNARD

Paru le

23/09/2020

Fiche technique

ean :
9782850888366
Editeur :
CITADELLES
Collection :
COUPS DE COEUR
Format :
32.00 cm x 25.00 cm x 2.00 cm
Poids :
1962 g
72,10 €
En stock

Retrait immédiat en librairie

Dispo :
En stock
Retrait :

Retrait immédiat en librairie

Disponibilité du produit

Prix :
72,10 €
En stock

Retrait immédiat en librairie

Dispo :
En stock
Retrait :

Retrait immédiat en librairie

Description

Cet ouvrage vous invite à pénétrer dans les secrets du Livre de Kells, trésor inestimable du Trinity College de Dublin. Réalisé très probablement dans le courant du IXe siècle, il s'agit de l'un des manuscrits médiévaux enluminés les plus connus au monde. Chef-d'oeuvre du christianisme irlandais, il déroule sur 340 folios les quatre Évangiles du Nouveau Testament accompagnés de notes et d'explications. Riche d'un très grand nombre d'enluminures d'une fraîcheur incomparable, ce manuscrit met en scène avec somptuosité les portraits des évangélistes ou leurs représentations symboliques, la Vierge, le Christ et divers épisodes bibliques ainsi que des entremêlements complexes de lettres, d'animaux et de figures humaines, empreints d'humour et de fantaisie.Au fil des pages, ce livre vous présentera les folios les plus importants de ce chef-d'oeuvre et vous conduire dans les arcanes de sa création, mettant en lumière la question des scribes et des artistes à l'origine de cette oeuvre, la matérialité de l'ouvrage, mais aussi son histoire ainsi qu'une description détaillée de son iconographie.

L'avis de la librairie

LE LIVRE DE KELLS Un chef-d’œuvre de l’enluminure médiévale

Récemment paru aux prestigieuses éditions Citadelles et Mazenod, « Le Livre de Kells » nous dévoile, dans un grand format relié sous jaquette, richement illustré et commenté, l’un des plus remarquables vestiges de l'art religieux médiéval, le « Codex Cennanensis ». 
À une époque, la nôtre, où le livre est l’objet d’enjeux quantitatifs vertigineux, époque qui tend à voir s’étioler l’idée de qualité, ce bel opus nous transporte plus de mille ans en arrière, dans l’intimité éblouissante d’un ouvrage d’exception, fruit unique d’artistes anonymes, porté par la grâce de leur art.
Ses dimensions généreuses (33cm par 25, soit celles du Codex lui-même), les 300 illustrations et reproductions, servies par des notices abondantes, révèlent l’immense passion de l’auteur pour ce livre légendaire dont il est le spécialiste incontesté : Bernard Meehan a été pendant longtemps Directeur de la conservation des manuscrits au Trinity College de Dublin, là même où « Le Livre de Kells » est catalogué sous la référence « MS 58 ».
S’immerger dans ce livre, c’est s’engager dans un périple de douze siècles, depuis les jours incertains où des moines copistes, dans un monastère irlandais, ont entrepris la reproduction lente et somptueusement enluminée des Quatre Évangiles. Voyage, au gré des reproductions de grande qualité, dans le détail des enluminures, quand l’admirable patience de moines épuisant leur rétine au labeur de l’encre et des pigments venait sublimer les textes religieux. Voyage épique dans l’histoire longue et mouvementée de cet objet d’exception qui, après avoir été volé, mutilé, enterré dans un fossé, jouit aujourd’hui d’une attentive et paisible retraite à la bibliothèque du Trinity College. Bien qu’ayant traversé le temps sans perdre, ou bien peu, de son éclat, ce trésor reste vulnérable : sa reliure n’est manipulée que par des mains expertes, et les opérations de reproduction photographiques des folios se font au moyen de soufflets d’air comprimé qui tournent les pages avec une extrême délicatesse.
Il se dit de certaines icônes orthodoxes qu’elles sont « acheiropoiètes » : trop belles pour avoir été peintes de la main de l’homme. Présomption de divinité qui vaut également pour « Le Livre de Kells ». En parcourant l’ouvrage d’un regard profane, l’émotion esthétique vous renvoie tantôt à Giotto, tantôt à Klimt, à l’Art nouveau, à Hundertwasser… Troublant pouvoir d’inspiration bien détaché de son intention médiévale et monastique. Un beau et rare travail éditorial, qui sert magnifiquement la céleste exception du « Livre de Kells ».

Jean-Jacques

(Tageblatt 19/12/20)